La méditation Vipassana

La méditation Vipassana est le coeur de la tradition Theravada

Il ne s’agit pas d’une pratique dévotionnelle, mais d’une technique d’investigation de notre propre corps et de notre propre esprit, dans le but de nous libérer d’une vision erronée de la réalité : nous pensons qu’il y a un « je », solide, qui vit de toute éternité, auquel nous nous identifions, et qui continuera après la mort. Mais la vie est changement, rien ne dure, rien ne persiste ; tout est en état de flux, il n’y a pas d’élément stable en nous. Plus nous pratiquons, plus nous comprenons ; plus nous comprenons, moins nous souffrons.

La méditation vipassana, c’est mettre en application le Noble Octuple Sentier du Bouddha et s’entraîner à la moralité, à la concentration et à la sagesse.

Le Noble Octuple Sentier

SILA, la conduite éthique. Il s’agit des cinq préceptes de base: ne pas tuer, ne pas voler, ne pas avoir de relations sexuelles illégitimes, ne pas mentir, ne pas prendre d’intoxicants.

SAMADHI, la concentration. C’est contrôler l’esprit par l’attention. Tant que l’esprit est concentré, aucune perturbation ne peut l’affecter.

PAÑÑA, la sagesse, déracine les “dispositions latentes ” et nous libère des ces habitudes accumulées depuis des temps immémoriaux dans les couches profondes de l’esprit.

La méthode

Vipassana s’enseigne selon des méthodes différentes. Mais ces méthodes ont toujours le même but : développer l’attention et la sagesse. Seules les approches diffèrent.

En ce qui nous concerne, nous utilisons la méthode de feu le Vénérable Mahasi Sayadaw de Birmanie. Lors d’une retraite intensive, le méditant pratique de trois façons: en posture assise, en marche et dans les activités quotidiennes. Il lui sera également demandé de respecter huit préceptes moraux et de maintenir le Noble Silence pendant toute la durée du stage.

En posture assise, le méditant doit diriger son attention vers tout ce qui se manifeste en lui de façon prédominante, à commencer par les mouvements de soulèvement et d’abaissement de l’abdomen. Après une heure de méditation en posture assise, il pratique la marche attentive pendant une heure également.

Pour ce qui est des activités quotidiennes, il devra se comporter de façon lente et composée tout au long de la journée et observer attentivement tout ce qui se passe en lui à chaque instant.

Le méditant est soutenu dans son effort par les enseignements quotidiens sur le Dhamma et par les entretiens avec le maître de méditation.